mardi 15 septembre 2015

La solitude des vieux

J'habite au 4ème étage, lui au 1er. 

Cette nuit, vers 22h30 je regardais la télé.

Le temps que je me rende compte que j'entendais un bruit qui n'était pas dans la télé, puis que je coupe le son pour vérifier, puis que je me rende compte que ce n'était pas une dispute de couple, que c'était un homme qui criait, que j'entende "à l'aide !", que je réveille mon mari qui dormait déjà, qu'on vérifie qu'en effet quelqu'un criait ... Il s'est passé une demi-heure. Une demi-heure durant laquelle ni les voisins du 1er (qui ont des murs et un palier communs avec lui) ni ceux du 2ème, ni ceux du 3ème ne sont sortis de leur appart. Seule la voisine du rdc l'a entendu crier, et a téléphoné à la fille de ce monsieur afin qu'elle vienne avec les clés pour ouvrir la porte et le secourir.

Pourtant tout le monde ne dormait pas. Les lumières étaient allumées, les télés tournaient et on a même vu des œilletons qui s'ouvraient et se fermaient sur la porte de la voisine de ce monsieur.

Mais personne n'est venu à son aide. 

Ce pauvre monsieur de 90 ans était tombé de son lit en voulant aller aux toilettes et s'était blessé au coude. Très affaibli depuis des mois, pesant 42 kg, il a été incapable de se relever et a donc appelé à l'aide durant 30 minutes.

J'ai été profondément choquée et une immense peine m'a envahie. 

Mais dans quelle société vivons nous, pour que pendant 30 minutes on crie, on appelle à l'aide, sans que personne ne vienne ? 

Sommes nous si égoïstes que l'autre ne compte plus, n'est plus qu'un bruit qui nous dérange et qu'on supprime en augmentant le son de la télé ? 

Sommes nous condamnés, en vieillissant, à devoir affronter la vieillesse et l'approche de la mort en étant à ce point seul ?

Cette nuit, j'ai vu une enfant de 60 ans qui n'en pouvait plus de s'occuper de son vieux père malade qui ne voulait pas se faire hospitaliser ni porter des couches (mon dieu, qui l'en blâmerait ?? Qui a envie de porter des couches ??).
J'ai vu une voisine dévouée qui sous prétexte d'aider et de refaire le lit avec des gestes qui se voulaient énergiques, montrait tout l'agacement que lui inspirait ce vieux monsieur qui ne sentait pas très bon, en lui remettant son couvre lit d'un geste sec et en lui parlant en criant fort, alors que lorsqu'on lui parle doucement en lui prenant la main, il entend parfaitement.

J'ai vu cette nuit un vieux monsieur qui essayait de rester digne, et qui a du se laisser prendre en charge par des personnes beaucoup plus jeunes que lui et qui l'ont traité comme un gamin, et lui ont baissé son slip pour qu'il puisse uriner.

J'ai eu mal pour lui, j'ai eu honte d'avoir laissé passer 30mn avant de descendre le voir.
J'ai eu honte de ce manque de solidarité.
J'ai eu mal pour toute la solitude de ce monsieur qui demandait ou était son fils.

J'ai pensé à mon père qui est mort entouré de tout l'amour des siens, sa femme, ses 3 filles et ses 3 gendres, qui ne l'ont jamais laissé seul, pas une seule minute, ni le jour, ni la nuit. J'ai eu mal à en crever.

Cette vie ensemble mais chacun chez soi, chacun pour soi. Comment est-ce possible ?

J'habite au 4ème et lui au 1er. Dorénavant j'ouvrirai grand les oreilles. S'il a encore besoin de moi. Pour briser cette solitude terrible et cette indifférence les uns envers les autres.

Ah j'ai oublié de vous dire : ce vieux monsieur s'appelle André. Il a été marié, a eu 2 enfants et 2 petites filles, il a divorcé et ne s'est pas remarié. C'est un homme qui a travaillé toute sa vie et qui a eu ses joies et ses peines. C'est un homme qui a été debout, fort, vivant et indestructible. Comme nous tous.


C'est mieux que de dire "le papy du 1er" et de passer à autre chose.












52 commentaires:

  1. je ne sais que dire, mais j'ai vraiment envie de laisser un mot, en soutient pour ce monsieur... J'ai envie de lui envoyer pleins de cœurs...
    Merci beaucoup pour cet article et ce partage...

    RépondreSupprimer
  2. MAGNIFIQUE ce que tu as écris ! Bravo, j'ai eu les frissons... et tu as raison, on ne voit pas ce qui nous entoure, nous, enfermés dans nos faux semblants du quotidien ! bravo et merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'on est parfois aveugles ... C'est bien dommage car si un jour on a besoin d'aide on sera tellement heureux d'en trouver ... Merci pour ton commentaire !

      Supprimer
  3. Très bien écrit Emma, le malheur et la souffrance ne devraient jamais et dans aucun cas nous laisser indiffèrents sinon, c'est que nous avons perdu toute âme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On a souvent les yeux fermés mais heureusement parfois on a un électrochoc .... Quand je vois tous les commentaires suite à cet article, je suis tellement rassurée ! Certaines âmes sont encore grandes ouvertes. Merci d'être passée par la !

      Supprimer
  4. Très bien écrit Emma, le malheur et la souffrance ne devraient jamais et dans aucun cas nous laisser indiffèrents sinon, c'est que nous avons perdu toute âme

    RépondreSupprimer
  5. Ma belle Emma,
    ton texte m'a émue aux larmes... je ne comprends pas ce manque d'humanité.
    Dans l'ancien appartement où je vivais il n'y avait que des personnes plus âgées dans les appartements autour du notre et nous rendions service quand nous le pouvions.
    Il est tellement "facile" de fermer sa porte et ses oreilles mais il est tellement enrichissant de s'ouvrir pour soi et pour la personne en face.
    Merci pour ton texte et bon courage à André j'espère qu'il pourra rester chez lui et digne jusqu'au bout.
    Des bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma chère Caro, merci de ton petit mot adorable. Je trouve ça tellement normal de s'aider entre voisins ... Là où j'habite il y a beaucoup de retraités, et de veuves, seules donc ... la moindre des choses est au moins de prendre des nouvelles ... un jour on sera bien heureux que quelqu'un soit là pour nous ... Bisous !!

      Supprimer
  6. Malheureusement, ce genre d'évènement arrive tous les jours, en particulier dans les grandes villes. J'ai moi-même vécu à peu près le même genre de situation. Il y a 3 ans, en plein nuit, une personne mentalement dérangé s'est suicidé dans mon immeuble et j'ai tout entendu (des cris). J'habitais au deuxième, il était au quatrième, c'était un immeuble de 10 étages, et il a été entendu jusqu'au 6ème. Mais j'ai été la seule à appeler la police. Et quand la police est arrivée (et malheureusement les cris avaient à ce moment-là cessés), mon voisin d'à coté s'est permis de sortir de l'appartement pour me décrédibiliser face à eux, en expliquant que ce n'étaient pas des cris de détresse (mais je sais quand même faire la différence hein). Peut-être à cause de ça, les policiers n'ont pas trouvé la personne qui avait hurlé et m'ont réprimandé d'avoir appeler la police pour rien. Ce n'est que le lendemain, quand les gardiens, mis au courant, ont trouvé le blessé. Depuis, je ne réfléchis plus à appeler la police (ce qui m'est malheureusement arrivée encore plusieurs fois après, suivant différents voisinages, mais ce sont d'autres histoires !).
    Je ne sais pas pourquoi j'ai eu envie de raconter ça ici mais je crois que ton histoire m'a donné envie de partager la mienne aussi, pour encourager tout le monde à faire attention aux gens autour d'eux. Car ce genre d'évènement vous marque, je ne sais pas pour toi, mais moi, depuis, j'ai le sommeil très léger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Marine, je suis atterrée et tellement triste de ce que tu me dis ... triste, vraiment par ce que tu as vécu, j'imagines le traumatisme pour toi et je comprends que tu en dormes mal la nuit depuis. Et puis triste pour cette personne qui n'a trouvé aucune autre issue que le suicide. Et atterrée par l'attitude des voisins, de la police aussi !!! c'est vraiment grave ... je me répète mais dans quel monde vivons nous ??!! Je t'embrasse et je te souhaite de retrouver de la douceur, dis toi que tu as fait ce qu'il fallait cette nuit là, c'est les autres qui ont failli ...

      Supprimer
  7. Réponses
    1. Je me rends compte après coup, avec tous vos témoignages, que l'histoire d'André vous a beaucoup touchés ... j'en suis heureuse, si ça peut réveiller les consciences ! Bises

      Supprimer
  8. j'ai failli verser ma larmichette. Très beau texte . J'ai un profond respect pour les personnes âgées et je ne comprends pas parfois pourquoi on les traite de la sorte.
    Il mérite un tel respect avec tout ce qu'il sont du traverser dans leur vie...On n'a même pas idée.
    Bravo pour ton texte et pour cette remise en question que nous devrions tous avoir!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis bien d'accord avec toi : nos anciens méritent tellement d'attention ! On les traite comme des charges alors qu'ils sont notre mémoire ... C'est très triste et vraiment dommage de ne pas s'en rendre compte ...

      Supprimer
  9. Souvent, les "invisibles" comme je les appelle... vivent en marge même de leur famille. La société nous abonde de "jeunisme" : il nous faut être jeune, beau, mode, tendance et donc on repousse tout ce qui n'y ressemble pas... et les personnes âgées en font partie. Je suis dans une famille qui vit solidaire entre les générations : nous étions soudés au départ de papa, nous vivons avec notre maman ou inversement. Cela étonne les gens, mais c'est ainsi. Avant, la famille s'étendait du papy aux petits-enfants sous le même toit. On n'était jamais seuls. Aujourd'hui, on vit chacun de notre côté à cause du travail, de la société... enfin tout a changé.
    Enfant, nous avions plusieurs voisines veuves et sans enfants... on les aidait, on allait les voir comme des mamies chaque jour, on allait souhaiter les voeux... le soir jusque 2-3h du matin, il ne restait que 2 maisons éclairées la nôtre et celle de la mamie plus loin qui savait que même la nuit, elle pouvait nous appeler à l'aide.
    Une à une, elles sont parties... nous aussi. En changeant de rue et de quartier, on a perdu cet esprit d'entre-aide... aujourd'hui, personne ne bouge. Nos voisins âgés savent qu'ils peuvent venir toquer à la porte, on sera là... mais il ne faut plus compter sur les autres.

    Ton histoire m'a touchée et rappeler aussi cette partie de ma vie... la vie a bien changée aujourd'hui.
    Ton regard et ta façon d'en parler fait que tu seras attentive si tu croises quelqu'un qui a besoin de toi... tu es différente. Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'il ne fait pas bon être vieux ... Nos anciens font fuir, un peu comme si la vieillesse, la maladie, la solitude, et la mort étaient contagieuses ... C'est vrai que l'entraide intergenerationnelle me semble avoir bien diminué ... C'est vraiment dommage ... Et en se projetant je me dis que quand on sera vieux on sera contents de trouver un peu d'attention.

      Supprimer
  10. Cette solitude je la vois tout les jours dans mon métier d'aide soignante à domicile. On arrive dans des familles épuisées et à bout qui n'en peuvent plus. Je sais que le comportement de la fille du monsieur te choque mais sache que s'occuper d'un parent malade ou vieux est fatiguant à la longue.
    Je vois aussi de plus en plus de familles pensant que "comme on passe"eux n'ont pas besoin de venir, aussi gentille, empathique et pro que mes collègues et moi soyons nous ne sommes pas la famille de nos patients.

    Oui la société a à appris à ne plus voir que ce qu'elle veux, triste constat. Je suis ravie de voir que ce monsieur peut compter sur toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ton témoignage, le personnel soignant en voie de toutes les couleurs ! Je me rends compte que je me suis mal exprimée concernant la fille de ce vieux monsieur (mais je me suis à peine relue, j'ai écrit cet article sous le coup de l'émotion) mais son attitude ne m'a pas choquée du tout : au contraire elle m'a fait énormément de peine : son père en fin de vie, sa mère atteinte d'alzeihmer ... Elle était à bout, de chagrin pour son père et d'épuisement ... Elle m' à beaucoup touchée. J'ai essayé de lui apporter un peu de chaleur ... Je ne sais pas si ça a fonctionné ...

      Supprimer
  11. Merci pour ce partage qui m'a beaucoup émue.. j'espère que du bon sortira de cette histoire et qu'André y trouvera des sourires appaisants et réconfortants, déjà par sa douce voisine du 4ème.
    Merci et tout plein d'amour pour ce monsieur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci AFI pour ton petit mot ! André est parti hier matin, il n'en pouvait plus ... Une histoire qui se termine bien tristement ...

      Supprimer
  12. Ton texte est .. top.
    Parce qu'en commençant à le lire, je ne pensais pas être si touchée, mais que tu trouves les mots parfaits. Et j'ai du, comme tout le monde, imaginer mes proches à la place de ce vieux monsieur. Mais ton texte est surtout top, au point qu'en le finissant, toute secouée, je me suis dit qu'il fallait faire quelque chose, parce que ça me faisait trop de peine au coeur de lire ça. Ca c'était il y a 30 minutes. Maintenant, j'ai ma candidature déposée chez l'asso Les Petits Frères des Pauvres, et je suis fière! Et c'est grace à toi! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais je suis très touchée d'avoir été un petit maillon de ton choix d'entraide ... Très touchée ...

      Supprimer
  13. Tu m'as fait pleuré juste en te lisant.. et ca m'est pas beaucoup arrivé déjà!
    Mon dieu, qu'est ce que c'est triste..en esperant que ce monsieur connaisse une meilleur vie..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Triste à pleurer c'est sur ... André est parti hier matin, il n'est pas revenu chez et est mort à l'hôpital ... Il était à bout de forces ...

      Supprimer
  14. Superbe article. Les larmes aux yeux...

    RépondreSupprimer
  15. Ton texte fait écho en moi.
    Ma tata est partie il y a un an déjà, seule, dans son appartement, au milieu de la nuit. On sait de l'avis des médecins qu'elle a vécu des derniers moments très pénibles. Pour une raison que nous ne connaissons pas elle n'a pas appelé les pompiers. Et depuis je me demande : si elle n'avait pas été seule, est-ce qu'elle serait encore là aujourd'hui?
    C'est bête, mais près de chez moi, il y a ce monsieur ; il boite, et il est bossu. Il a juste l'air seul et triste avec sa pipe en bois. Et puis un jour, j'ai pris mon courage à deux mains et je lui ai dit bonjour, parce que je le vois tellement souvent que j'ai la sensation de le connaitre!
    Depuis chaque fois qu'il me voit il sourit et me salue. C'est pas grand chose, mais je sens que ça lui réchauffe le coeur. Et ça réchauffe le mien aussi!
    Nous nous méfions beaucoup trop des autres alors qu'on a tant à partager!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais quelle tristesse pour ta tata ... Et quelle douleur quand on pense à ceux qui nous ont quitté ... Et bravo pour dépasser les préjugés et sourire à quelqu'un que tu ne connais pas !

      Supprimer
  16. bouleversée par ton texte, je n'ai pas de mots, si ce n'est merci d'avoir parlé pour ceux qui n'ont plus de voix...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Khatouna, c'est vrai qu'on en reste sans voix ...

      Supprimer
  17. Il y a quelques jours, une personne âgée m'a remerciée de lui avoir dit bonjour dans la rue!! Je ne la connais pas, pour moi c'était simplement de la politesse. C'est à ce moment là qu'on se rend compte qu'en fait tout le monde marche dans la rue sans même se jeter un regard. Bon, j'avoue ne pas dire bonjour à toutes les personnes que je croise, on me prendrait pour une folle... Et je suis bien consciente que ce n'est pas pareil dans les grandes villes. Mais ce simple bonjour a fait plaisir à cette personne (peut-être seule). Des petits gestes comme ça, c'est qui met du peps dans notre journée, vieux ou jeune. Alors soyons un peu plus sociables au quotidien, ça ne peut être que bénéfique non? :)
    Sympa cet article, ça fait réfléchir!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des étrangers les uns pour les autre, mais que c'est triste ... Être ensemble c'est tellement mieux, plus fort, plus vrai !!!! Tu as raison, soyons plus sociables

      Supprimer
  18. Malheureusement ça se passe souvent comme ça, et qu'on soit vieux ou non, peu de personne viennent au secours de quelqu'un en danger ou en détresse... Je peux le comprendre dans un sens, avec tout ce qu'on peut voir à la télé etc... Et en même temps je suis complétement d'accord avec toi ce n'est pas normal ! Un jour, c'est nous qui seront à sa place ! Ca n'a pas grand chose à voir, mais quand tu vois des familles qui se déchirent, j'ai un de mes frères par exemple qui se fait littéralement bouffer par sa femme et on n'a plus du tout de contact avec eux et les petits, les seuls petits enfants de la famille... Alors tu vois le genre, c'est pas lui qui viendra s'occuper de mes parents lorsqu'ils en auront besoin !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les familles déchirées c'est vraiment triste ... On perd l'essence même de ce qui nous fait vivre ! J'espère qu'avec ton frère vous trouverez le moyen de vous approcher l'un de l'autre ...

      Supprimer
  19. Ca m'a serré le coeur de lire ça :(
    Quelle tristesse pour ce pauvre homme :(
    Et malheureusement ce n'est vraiment pas rare.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette misère sociale est en effet répandue même si on ne la voit pas ....

      Supprimer
  20. La société est devenu malheureusement comme cela. On ne se mélange pas, c'est chacun pour soi Dieu pour personne ! C'est malheureusement une histoire parmi tant d'autres. Mais çà donne espoir que des personnes comme toi en parlent et essaient de tirer la sonnette d'alarme ! Bravo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut se secouer et porter secours à nos semblables !!! Merci de ton petit mot !

      Supprimer
  21. Bonjour,

    J'ai été très touchée par ton article, pour vivre ça de près. Je m'occupe de ma mère malade et complètement handicapée. L'agacement d'un enfant, la perte de patience face à son parent malade, qui n'arrive pas à bouger, je sais ce que c'est et tous les jours je culpabilise de presque m'énerver, parfois. Sauf que... ma mère a 64 ans à peine ! Donc comme le dit une internaute ci-dessus, il en est de même à bien des âges, à partir du moment où l'on dépend des autres. Il y a encore 3 ans ma mère était autonome. Aujourd'hui c'est une personne complètement grabataire, qui n'en a malheureusement plus pour longtemps, et nous ne pouvons rien faire. Nous n'avons plus de papa (décédé brutalement il y a 5 ans), alors c'est nous ses enfants qui nous occupons d'elle, et de tout ce qu'il faut gérer quand une personne adulte ne peut plus rien faire seule, pas même passer un coup de fil.
    Par contre j'ai été un peu effarée en te lisant. Il existe un truc qui s'appelle la télé-alarme, ou télé-assistance. La personne qui a commenté ton article un peu plus haut, l'aide à domicile, doit connaitre. Ca ne coûte pas bien cher (une partie est prise en charge) et ça permet à la personne de n'avoir qu'à appuyer sur un bouton, au lieu d'hurler pendant des heures et de constater que les gens mettent du temps pour venir l'aider. Sa fille pourrait au moins lui procurer ça. C'est comme un pendentif, ou une montre. En cas de chute ou de besoin, la personne appuie, c'est relié à une centrale qui demande alors, via la borne, si tout va bien. Si pas de réponse la personne de la centrale appelle les numéros qui lui ont été donnés : ça peut être un voisin, un enfant, un ami... n'importe. Nous nous en sommes servis plusieurs fois pour notre mère, et je dirais même que ça l'a sauvée, lors de ses chutes. Si jamais tu avais le courage/la force, tu peux aussi en parler à ce monsieur, il peut faire la demande lui-même, s'il en a encore la possibilité. Je pense aussi qu'il lui faudrait quelques aides à domicile, même si, je parle en connaissance de cause hélas, rien n'est simple en la matière. Bref, il y a peut-être moyen de mettre déjà ça en place, ce qui aiderait ce monsieur à rester digne.
    Ca fait longtemps que je veux aussi écrire un billet du genre "comme on traite nos vieux". J'aurais tant à dire sur le sujet... J'ai aussi connu les nanas qui, sans méchanceté mais sans tellement réfléchir, hurlent littéralement dans les oreilles de ma mère comme si elle était sourde et/ou gâteuse. Alors que, la pauvre, entend parfaitement bien et a toute sa tête. Quelle humiliation. Je ressens tellement de colère.
    Dans notre malheur ma mère a quand même les moyens de se payer des trucs, et nous avons pu adapter son domicile. Mais je n'ose imaginer comment font les gens qui n'ont pas ou peu d'argent. Et encore plus ceux qui n'ont pas d'enfants.
    Je passerai sur la façon dont sont traités les ptits vieux dans les maisons de retraite qu'on a pu tester lors de courts séjours de ma mère dans ces mouroirs, sinon je risque de vous déprimer pour de bon.
    Ce qui est sûr, c'est que c'est un business très lucratif, dommage que l'humain ne suive pas autant que le pognon, dans ces cas là. N'oublions jamais qu'un jour c'est peut-être nous qui serons à leur place...

    Pardon pour ce mot un peu méga bad, mais voilà. Ton post m'a bouleversée, et énervée à la fois. Merci d'avoir écrit sur ce sujet dont tout le monde se fout pas mal, et sur lequel tant de beaux discours des pouvoirs publics sont éloignés de la réalité.
    Bonne chance avec ce papi, en espérant qu'il puisse finir ses jours à peu près dignement. ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Birdy, merci pour ton mot non pas mega bad mais mega touchant. Je ne peux qu'imaginer ta détresse à voir ta maman dans cet état ... J'ai vu partir mon père, mais à part les 4 dernières se'aines, il était en forme et absolument autonome. Je n'ose imaginer l'immense peine si cela avait été autrement ... Concernant la télé assistance, en effet il n'a aucun dispositif, je ne sais pas pourquoi ... Ça lui aurait peut être évite toute l'angoisse qu'il a du ressentir quand il attendait qu'on vienne le soutenir ... Saches qu'André est décédé hier matin, le pauvre n'en pouvait plus et il n'a pas pu revenir chez lui. J'ai vu sa fille ( et à l'occasion j'ai appris qu'il avait 3 enfants et pas 2) ... Sa fille m'a remerciée pour ma "sollicitude" ... À moi ça m'a semble tellement normal ... Je te souhaite de la force et du courage, à toi et à ta maman et à tous ceux qui s'occupent d'elle ...

      Supprimer
  22. Chères toutes, j'ai écrit ce billet en pleine nuit après avoir laissé notre voisin avec sa fille. D'un trait, en 30 minutes. Ma peine et ma colère sont sorties comme un torrent. Je me suis à peine relue. Et la, vous me renvoyez une chaleur inimaginable. Vos émotions me font tellement de peine, et de joie en même temps de voir que le sujet interpelle!! Je vais répondre à chacun de vos commentaires, je m'y engage, laissez moi juste un peu de temps car je veux personnaliser mes réponses et ne pas vous répondre simplement "merci !". À très bientôt et encore mille mercis d'avoir laissé votre empreinte sur cette tribune improvisée ! Je vous embrasse. Emmanuelle

    RépondreSupprimer
  23. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une immense maison familiale ... Comme avant ou la famille avait du sens ...

      Supprimer
  24. Merci pour ton histoire, très émouvante, touchante, je me sens toute bête. c'est ce genre de récit, assez profond, qui permet de se remettre en question ! L'indifférence, est le pire des mépris...
    J'appelle mon père de ce pas,
    Ciiko

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Ciiko, un petit coup de fil à nos proches, et on se sent tout de suite mieux ... N'oublions pas de leur dire qu'on les aime pendant qu'on peut ençore le faire.

      Supprimer
  25. Beau sujet, j'ai cette réflexion régulièrement et pour avoir beaucoup déménagée force est de constater que le mutisme ambiant est universel. Dernièrement à Nice une de mes voisines se faisait casser la gueule en règle, j'étais la seule à appeler à chaque fois la police, pareil, tout le monde entendait, regardait mais ne prenait même pas la peine de taper 17 sur son téléphone...Voici l'article si tu veux le lire : http://ca-se-saurait.fr/2015/01/29/nous-sommes-tous-relies/

    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Sabrina je suis allée lire ton article, qui m'a beaucoup touché .... C'est l'indifférence qui fait que certains drames sont possibles ... Pour la caissière dont tu parles comme pour ta voisine qui était battue par son mari .... Nous devons AU MOINS avoir le courage d'appeler la police ... Au moins ça ... Tu as raison de le faire, c'est ce qu'on appelle la solidarité

      Supprimer
  26. M'hamed El Yagoubi · Université de Provence Aix-Marseille I
    "Dorénavant, j'ouvrirai grand les oreilles. S'il a encore besoin de moi. Pour briser cette solitude terrible et cette indifférence les uns envers les autres." Une bonne prise de conscience. Cette société est profondément abimée dans toutes ses dimensions. Ce sont deux maillons qui subissent quotidiennement la maltraitance et la négligence systématique. Les personnes en situation de "handicap", il y en a beaucoup, et les personnes âgées. Le pire ou l'horreur la plus crue c'est quand ces personnes sont mises sous tutelle ou curatelle. Elles font l'objet de prédation la plus cruelle. Voir Valérie Labrousse (2014), LES DEPOSSEDES, enquête sur la mafia des tutelles et aussi Lettre ouverteà un tu(t)eur professionnel (2010) de Franck Hagenbucher. Et pourtant, les institutions ne disent et ne font rien. Elles ferment les yeux devant cette immense inhumanité grandissante en France. L'individualisme extrême et l'égoïsme sont devenus des "valeurs" dominantes dans cette société. Le plus étonnant, c'est le silence complice des sciences sociales et humaines. Elles ne disent rien sur ces faits monstrueux qui frappent à nos portes. C'est du tabou. Nous sommes arrivés à un point où il est interdit de parler des souffrances. Il n'y a que l'argent qui intéressent cette société malade. Tandis que le politique, il est totalement complice dans ce désatre sociétal. Il n'y a pas longtemps, ma comapagne a été victime des formes de maltraitance psychiatrique et sociale les plus cruelles. Elle est morte le 31 janvier 2014 à Aix-en-Provence à l'âge de 43 ans. J'ai fait la manche pour organiser son enterrement. Et pourtant, tous les services concernés ont été bien informés et alertés avant le drame. Ils n'avaient rien fait. Ils sont complices dans sa destruction. Le pire est à venir si aucune prise de conscience collective ne se manifestera pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci M'hamed pour ton témoignage qui me peine beaucoup. J'imagine la colère et l'impuissance que l'on ressent lorsque un proche est maltraité. Je suis d'accord avec toi, il faut réagir vite avant que notre voisins ne devienne plus rien qu'un insecte insignifiant, voire pire, une personne sur laquelle ont peut passer ses nerfs et se défouler, sans que personne n'intervienne ... J'irai lire l'article que tu as cité ça m'intéresse beaucoup.

      Supprimer

Laissez un commentaire sur l'article, ça me fait plaisir de vous lire !!